Contact

Vous avez un projet et souhaitez collaborer avec nous ?

Vous avez du talent et êtes ultra-motivé pour rejoindre une équipe de passionnés ?

Ecrivez-nous ou contactez-nous par téléphone.

 

* Champs obligatoires

Veuillez laisser ce champ vide.

8 rue Al Farabi90000 Tanger

Tél : 00 212 (0)5 39 37 39 48
Tél : 00 212 (0)5 39 32 11 18
Email :

Blog

Décryptons l’essentiel de la communication d’influence

Piratage, Lutte contre le piratage, Google, Microsoft, Yahoo, charte de bonnes pratiques

Les géants du web s’attaquent aux sites pirates !

1 Commentaire

Couper les vivres, une pratique de lutte ancestrale pour affaiblir son ennemi. Technique à laquelle a eu recours la maison blanche, en collaboration avec les mastodontes du web afin de lutter contre les sites pirates.

Une charte de bonnes pratiques

Comme déclaré par la maison blanche, Yahoo !, Microsoft, Google, AOL, 24/7, Media, Adtegrity, Condé Nast et SpotXchange ont signé, le 15 juillet dernier, une charte de bonnes pratiques se rattachant aux publicités en ligne qui servent de financement aux sites pirates.

Cette charte dresse le processus de dénonciation des sites portant atteinte aux droits de propriété intellectuelle.

Ainsi, à partir du moment où la plainte à été déposée, la régie publicitaire s’engage à rompre toute activité la liant au dit site, et ce, jusqu’à déculpabilisation de ce dernier ou abandon de toute activité illicite de sa part.

Google : une source de revenu principale

Google, ainsi que plusieurs d’autres entreprises publicitaires, sont accusées de constituer la source de revenu majeure des sites pirates. Pour cause, ces derniers enregistrent des taux de visite très élevés et sont l’agglomération d’une catégorie d’internautes largement ciblée par les publicitaires.

Selon une étude réalisée par une université californienne, Google et Yahoo ! sont les principaux annonceurs sur les sites pirates. Pourtant, les deux géants ont des clauses dans leurs contrats qui stipulent que les annonces publicitaires sont interdites  aux sites participant à des activités pirates !

Pour défendre sa firme, Susan Molinari, vice présidente de la politique publique et relations gouvernementales chez Google, a rappelé que Big G a activement participé à la lutte contre le piratage en coupant les vivres, en 2012, à près de 46 000 sites suspects…

Des solutions alternatives pour combattre le piratage ?

Prenant  l’exemple de la Norvège qui a vu le taux de piratage de séries, films et musique chuter considérablement.

Ainsi, le pays est passé de 1.2 milliards de chansons téléchargées illicitement à 210 millions entre 2008 et 2012.

Une stratégie de lutte contre le piratage serait-elle derrière ce succès ? Pas le moins du monde !

La réponse se trouve plutôt du coté des services tels que Spotify et Netflix.

Serait-ce la preuve que si des solutions payantes mais pratiques et pertinentes sont mises à la disposition de l’internaute ce dernier délaissera le piratage …

La solution serait-elle donc du côté de la diplomatie plutôt que de la sanction ?

Le web nous le dira … 😉

Un commentaire pour “Les géants du web s’attaquent aux sites pirates !

Mariam le 18 juillet 2013 - Répondre

Pour combattre le piratage efficacement, il faut d’abord comprendre pourquoi l’internaute y a recours.
Si je veux visionner le final de Game of Thrones je ne vais pas attendre des mois pour une sortie en DVD. Le téléchargement ou le streaming seront mes choix, oui, parce qu’ils sont gratuits, mais surtout parce qu’ils sont pratiques, et c’est ce qui fait Spotify, Netflix, Rdio une bonne alternative.

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires