Contact

Vous avez un projet et souhaitez collaborer avec nous ?

Vous avez du talent et êtes ultra-motivé pour rejoindre
une équipe de passionnés ?

Ecrivez-nous ou contactez-nous par téléphone.

More

* Champs obligatoires

8 rue Al Farabi90000 Tanger
Tél : 00 212 (0)5 39 32 11 18
Email :

Blog

Décryptons l’essentiel de la communication d’influence

Internet “haut débit” au Maroc : cher et encore inaccessible

0 commentaires

« Un ménage représentatif appartenant aux 40% les plus démunis de la population devrait payer 30% de son revenu pour avoir accès, respectivement, au haut débit fixe et haut débit mobile»

C’est le constat dressé par la Banque Mondiale dans son rapport publié le 6 février et qui traite « des réseaux haut débit en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. »

Internet au Maroc, Utilisation Internet au Maroc, Rapport Banque Mondiale Internet au Mena, Coût Internet au Maroc

Internet : un luxe au Maroc

Pour la majorité marocaine, bénéficier d’un service Internet lui couterait près d’un quart de son revenu. Une contrainte qui met le pays à l’écart de la révolution de l’information.

Ainsi, via ce rapport, la BM démontre que le Maroc n’est pas avantagé en ce qui concerne le coût et l’accès Internet, et ce, malgré son avance sur le plan des réformes dans le domaine des télécommunications.

Cherté des prix : le monopole mis en cause

S’il y a un axe sur lequel il faut travailler, c’est bien celui des prix moyens. Pour remédier à cette cherté, la Banque Mondiale préconise « la concurrence entre les différents opérateurs, afin de diversifier l’offre haut débit. »

Ainsi, pour faire fleurir le secteur des services haut débit et de création de contenu, l’institution estime qu’il faudra plus de concurrence, ce qui conduira à une baisse des prix et une augmentation de l’utilisation d’Internet.

Fin de l’ère Maroc Telecom ?

Le 20 janvier 2014, un texte de loi sur les télécommunications vient d’être adopté en conseil de gouvernement et des ministres.

L’article 8 stipule : « l’interconnexion et l’accès aux différents réseaux publics de télécommunications  doivent être faits dans des conditions règlementaires, techniques et financières, objectives et non discriminatoires qui garantissent une concurrence loyale. »

Ainsi, ce projet de loi réclame le partage des infrastructures entre les différents opérateurs au royaume, et met fin au monopole d’IAM sur le marché du haut débit et de la téléphonie fixe.

Ce projet sera-t-il mis en vigueur ? Les marocains l’espèrent …

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires